dimanche, décembre 24, 2006

Contre la retenue de l'impot à la source

Voici un extrait d'un article de Paul Fabra, qui, le moins qu'on puisse dire, n'est pas un utra-libéral déchainé mais qui commence lui aussi à en avoir sa claque de l'Etat maternant :

Il se fait qu'il existe encore en France, implicitement, des partisans d'une société adulte où Papa mon patron ne verse pas à ma place les impôts que je dois. Non seulement la pression fiscale a augmenté partout (y compris au Royaume-Uni sous Mme Thatcher !), mais le détenteur d'un revenu salarial ou autre - Bercy travaille à la retenue à la source des dividendes - ne voit plus, retenue à la source oblige, la couleur d'une bonne partie des sous qu'il gagne et qui vont directement dans les caisses de l'Etat Léviathan. Un peu de trésorerie en moins, la liberté d'agir est rognée d'autant. Sous prétexte de simplifier la vie des contribuables et pour rendre l'impôt le plus indolore possible, on a anesthésié les citoyens.



Pour des raisons qu'il serait intéressant - et sans doute possible - d'élucider, l'exception française a plusieurs facettes. Certaines d'entre elles reflètent timidement le souci de ne pas complètement tomber dans les bras de la technocratie [c'est un vieux fonds libertaire, rebelle, centrifuge]. Ne perdons pas ce réflexe.


1 commentaire:

alcidia a dit…

juste un petit coucou pour te souhaiter des trés bonnes fetes ,tout de bon pour toi et long vie au blog.


bisous

alcidia