lundi, juillet 23, 2007

Politique de l'émotion, politique liberticide

Un autobus polonais a eu un accident dans la descente de Laffrey, faisant au moins 26 morts.

Aussitôt, j'entends nos politiciens, la larme à l'oeil mais l'air martial et autoritaire, nous déclarer qu'ils vont « prendre des mesures » (1).

Espérons qu'ils s'en tiendront là et que les mesures promises seront enterrées.

En effet, cette côte de Laffrey est dangereuse, mais elle est signalée plutôt deux fois qu'une, je ne sais pas comment le chauffeur a pu faire pour ne pas réaliser (fatigue, autre ...).

« Prendre des mesures » supplémentaires serait traiter les conducteurs comme des enfants.

Je sais, il est de tradition en France que l'Etat traite les citoyens comme des enfants irresponsables qu'il a la lourde, très lourde, à en juger par les impots, tâche de protéger d'eux-mêmes.

Cependant, on peut trouver cela néfaste.

La politique de l'émotion fonctionne toujours sur le même mode : on se saisit d'un événement, d'une circonstance, provoquant l'émotion, pour faire passer une loi générale restreignant les libertés, avec, bien entendu, les meilleures intentions du monde.

Nul doute que si, par le plus grand des hasards, il y avait trois meurtres dans le même mois avec un économe (meurtres sadiques, parce que c'est long et douloureux de périr sous les coups d'un économe), on en viendrait à évoquer l'interdiction des économes dans les cuisines au profit d'éplucheurs de sureté (dix fois plus chers).

Le seul domaine, me semble-t-il, où les libertés ne sont pas restreintes est celui des moeurs. Un tribunal de Pennsylvanie vient de décréter qu'un enfant avait trois parents : un couple de lesbiennes et le donneur de sperme. N'est-ce pas ridicule ?

Je sens un lien entre le maternage étatique dans les activités publiques et la licence des moeurs mais je n'arrive pas à le formuler.

Un auteur plus ou moins antique doit déjà avoir écrit de fortes paroles, facilement transposables, sur le sujet du rapport entre la dictature et la décadence morale.

Un des érudits lecteurs de ce blog pourrait-il me conseiller ?

(1) : cette expression m'a toujours paru ridicule : c'est un tailleur qui prend des mesures. Passons.

5 commentaires:

Laissez faire a dit…

Sondage du figaro "faut il renforcer le control aux frontieres pour les cars etranges?"

Resultat 80% pour le oui.

Y en a qui marchent main dans la main

vlaemsch a dit…

Mélanger le meurtre, les accidents, avec la responsibilité parentale d'un couple de lesbienne, je trouve que c'est du fascisme pur et simple.

L'auteur antique en question est Platon, il en parle dans Politéia (la République) et les Lois. Mais ce brave Platon e toujours introduit le christianisme ;-) Pense plutôt Démocrite ou Epicure.

fboizard a dit…

"fascisme pur et simple" Avez vous bien conscience du sens des mots ?

Le qualificatif qui me vient le plus spontanément à propos de la gauche française est "ridicule", suivie de pas loin par "indécente".

Et la vanité morale, le tic consistant à traiter de fasciste tout opposant à appeler à la Résistance à propos de tout et de rien, ne sont pas pour rien dans mon mépris.

Je mérite sans nul doute des critiques, mais "fasciste", non, je suis désolé, ça ne prend pas.

Pierre Robes-Roule a dit…

Concernant la descente de Laffrey en Isere que je connais bien, il n'y avait plus d'accidents depui la fin des années 70.
La seule mesure à prendre et d'ajouter en plus des panneaux existants, une de plus écrit en polonais...Ca ne coutera pas cher et ca sera suffisant.

Cyrus a dit…

Plus qu'un auteur en particulier, fût-il Platon ou Démocrite, les philosophes de l'ataraxia (effectivement Epicure, mais aussi Diogène de Sinope, Zénon de Cition ou encore l'école stoïcienne) sont révélateurs du mouvement de repli sur soi et sur ses désirs dans un contexte de déresponsabilisation/impuissance politque.

La période hellénistique dans son ensemble partage de nombreux traits avec notre époque...Peut-être est-ce une piste à creuser dans votre recherche. :-)