samedi, juillet 05, 2008

Le coeur, l'autre nom de la démagogie

Que ça soit dans l'affaire Betancourt (1) comme dans d'autres, il me semble que le coeur est le déguisement de la démagogie.

Quand le sentiment devient trop envahissant, il dégrade la réflexion ou, pire, en tient lieu. Il semble qu'avec le couple Sarkozy-Royal nous ayions franchi une nouvelle étape du pourrissement de la démocratie.

On en arrive au point que l'idée que les politiciens devraient faire appel à l'intelligence des électeurs devient incongrue, étrange, déplacée. Certains je suis sûr seront même tentés de me traiter de sans coeur, alors que je dis juste que la place du coeur n'est pas en politique.

(1) : qu'est-ce que cette affaire a rapporté à la France ? Du ridicule : la France disait du mal d'Uribe et voulait négocier avec les FARCs. Uribe a gagné et sans négocier.

1 commentaire:

daredevil2007 a dit…

Mais n'est-ce pas là le meilleur moyen de détourner l'attention?
Comme le disait M. Reichman il y a peu, "du pain et des jeux", voilà ce qu'il faut au bon peuple ;))

P.S. j'ai posté au mauvais endroit, voilà la raison du message effacé.