vendredi, mars 10, 2017

De Port Aviation à Orly

Ceux qui ne connaissent pas l'excellente revue Icare ne savent pas ce qu'ils perdent.

C'est un peu le pendant institutionnel du Fana de l'aviation : Le Fana parlent surtout des pilotes et des machines, Icare plus des compagnies aériennes et des aérodromes.

Le numéro sur Orly me rappelle à quel point notre société qui s'enorgueillit de ses communications ultra-rapides est devenue lente, figée, immobile, incapable de la moindre décision.

Comparer l'histoire d'Orly et de Notre Dame Des Landes (1) est une flagellation pour les Français d'aujourd'hui. Inutile d'insister.

Icare, comme toute revue, est inégale, les sujets intéressent plus ou moins, mais c'est toujours un plaisir.

***********
(1) : je ne me prononce pas sur le bien-fondé, je n'en sais rien, mais la lenteur de décision, dans un sens ou dans l'autre, est choquante.

Aucun commentaire: